Les Transports acteur d’un développement des villes

 

 

LE DEVELOPEMNT DES TRANSPORTS EN COMMUN EST-IL LE REFLET D’UNE EXPENSION DES VILLES ?

En France, nous sommes 65,7 millions d’habitants dont 61 millions d’entre son repartie dans les 39 699 communes que compte la France. Cette concentration de population participent à la saturation des villes tous comme le faits de condensées toutes les activités que ce soient administratifs ou commerciales, créant ainsi un véritable engorgement.Ce phénomène conduise les villes a s’agrandirent et a s’étalées vers l’extérieur. Pour faire face à ce développement, les TRANSPORTS en commun entre en jeux. Leur rôle est primordial que ce soit pour sa fonction première qui est de rattacher le centre à ces périphéries mais aussi pour les incidents qu’ils engendrent. En effet ces TRANSPORTS auront un impact sur l’économie, sur l’écologie et sur certaine cote sociale.

Les TRANSORTS sont aujourd’hui comme pour demain l’axe d’expansion des villes.      

 

  UNE EXTERIORISATION REFLECHIE           

         Les villes dans leur expansion doivent réfléchir à leur manière d’avancer et de prendre en compte l’environnement qui les entoure déjà afin de pouvoirs recyclé les installations déjà existantes. Les Etats-Unis on crée un terme pour ce phénomène le TOD, Transit Oriented Development. C’est à Peter Calthorpe, un des fondateurs du Nouvel Urbanisme, que l’on doit le concept de TOD. Ce concept se retrouve sous d’autres appellations comme le Transit Village, le Transit Focused Development, le Transit supportive urban, le Transit Related Development ou encore le Transit Friendly Development. Ce retour au village urbain, au smart growth, remet l’être humain au centre des préoccupations des planificateurs, de même qu’au centre de nouvelles formes urbaines.

Le TOD conduit à aménager des quartiers denses, multifonctionnels, autour de pôles de transports collectifs. Certains principes et objectifs sont favorisés tels que la qualité de vie, la diversité et l’accessibilité tant résidentielle que commerciale, les espaces publics, les formes de mobilité douce, la diversité des fonctions créant une animation continue, les services de proximité. De nouveaux quartiers naissent conformes à ces objectifs. Un nouveau type de gouvernance locale forte apparaît, s’appuyant sur la consultation et la concertation continue des différents acteurs, un plan directeur intégré, et des approches réglementaires d’urbanisme innovatrices. Les arbitrages entre les acteurs en sont facilités permettant le maintien de la cohésion immobilière, sociale et économique du quartier. Il n’existe pas de modèle unique d’application du TOD. Les principes doivent s’adapter aux contextes différents et trouver le juste équilibre qui permet à une collectivité de trouver des réponses aux objectifs généralement poursuivis par les projets de TOD.

En plus de réfléchir à l’aménagement adéquat pour développer une ville, il faut aussi penser aux transports qui seraient le plus adapter pour le centre-ville mais aussi pour relier les centres aux périphéries.

 

DES TRANSPORTS ADAPTENT

 

         DES TRANSPORTS POUR LES CENTRES VILLES ; Il existe plusieurs transports adaptés aux centres villes qui permette à la ville d’offrir à leurs citadins de voyager selon leur envie, plus au moins vite, seul ou à plusieurs,… Mais toujours en gardant  l’idée de fluidifier leurs espaces.

 

                                                                        

navette_bus[1]

     

120625_p39t8_bixi-station-ottawa_sn635[1]

 

 

 

 

 

 

                                                 

         TRANSPORT POUR RELIER LE CENTRE A L’EXTERIEUR ; Afin De réduire la densité concentré dans les centres villes, des constructions autour des villes sur des parcelles agricoles ont été effectué. Ces zones se sont développées pour répondre à une demande très forte. Ce sont surtout les couples âgés de 30 à 50 ans qui souhaitent vivre à la campagne, avec tous les avantages que comporte la ville. Manque de transports et de services : certains retournent finalement en ville. Le rôle des transports restent donc primordiale pour les villes.

 

                                   Paris-tramway-brancion[1]Metro-Paris-Rame-MF77-ligne[1]

 

Le choix de ces futurs transports est primordial que ce soit économique ou écologique.

 

LES TRANSPORTS UN ENJEU ECOLOGIQUE ET ECONOMIQUE

 

Alors que nous prenons l’habitude de voyager de plus en plus, la consommation des automobiles ne fait qu’augmenter. Hors les transports sont un moyens de pensés à la planète.

18 millions d’automobilistes chaque jour en France. Une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques vient de rendre publique une étude sur les déplacements quotidien de Français. Les chiffres, recueillis en 2009, montrent que 73% de nos concitoyens ont utilisé leur automobile au quotidien pour se rendre sur leur lieu de travail, soit 18,2 millions de personnes par jour. Les transports en commun arrivent très loin derrière avec 15%, suivi de la marche (7,9%) et de l’ensemble des deux-roues (4,2%). Cette statistique remarquable de 73% du total représenté par l’utilisation quotidienne d’un véhicule, est corrélée au logement. En effet, de plus en plus de ménages actifs travaillant dans les grandes villes, s’excentrent (+ 25% en 10 ans) pour accéder à une habitation plus spacieuse et moins chère que dans les centres villes. Ces chiffres démontrent bien que les automobiles sont les premiers transports utilisés par la population. Hors voyager seul chacun dans sa voiture participent grandement à la pollution et au réchauffement climatique.

Ces chiffres montrent aussi que l’utilisation des automobiles sont souvent pour faire des trajets maisons travailles. Hors si le développement des transports pour reliées les périphéries au centre était plus important, le comportement des concitoyens pourraient changer que ce soit pour l’environnement car une réduction des utilisations automobiles participerai a une baisse de la consommation de CO2 ou que ce soit pour leur portefeuille. De plus utiliser les transports en commun coûte trois fois moins cher que d'utiliser l'automobile, et son impact sur l'économie est trois fois supérieur à celui du transport routier. Malgré les vertus indéniables du transport collectif, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain estime que certains politiciens ont tort de vouloir imposer des contraintes indues aux automobilistes. Chaque fois qu'on dépense 10 millions d’euros dans le transport par voiture, il se crée 66 emplois, mais ce chiffre grimpe à 183 emplois lorsqu'on investit une telle somme dans les transports en commun, révèle une étude rendue publique hier par la Chambre de commerce, qui a analysé l'impact de ces deux modes de transport sur le développement économique de la métropole. Le transport collectif a aussi un effet positif sur les finances des ménages qui l'adoptent puisqu'il coûte 16 centimes au kilomètre contre 47 centimes  pour la voiture. Les multiples avantages liés aux transports en commun font dire que des investissements massifs devront y être consacrés au cours des prochaines années.  

En outre, les transports en commun jouent un rôle dans l’égalité social, ils permettent à des  personnes n’ayant pas les moyens d’avoir de véhicule personnel de pouvoirs aller à leur travaille, d’être relier a des pôles de cultures, de voyager, … et ainsi d’éviter des exclusions sociales.

 

LES TRANSPORTS REFLET DES EXPENSIONS DES VILLES

Aujourd’hui en France comme dans le monde le changement est constant. La population mondiale ne fait que croître et pour  crée un cadre agréable qui permette aux hommes de se projeter dans l’avenir et de dépasser les inquiétudes que cause l’évolution du monde (travailles, réchauffement de la planète,…).  Le réaménagement de l’espace urbain est nécessaire. Afin d’accorder à chacun un espace personnelle pour qu’il puisse vivre pleinement seul ou en groupe. Il est nécessaire de réoccuper des espaces abandonner part un fort exode rurale. Mais pour crée un mouvement de retour aux sources, il est nécessaire de rendre ces territoires attractives en délocalisant des structures que l’on trouve généralement dans le centre des villes. Cela permettra de vider un peu les centres villes mais aussi de leur faire perdre un peu de leurs pouvoirs.  Mais pour cela, il faut aussi crée un lien entre ces différents territoires. Et pour cela le rôle des Transports est primordial. Car ce sont les qualités et les quantités des transports qui vont créer l’envie de vivre à l’intérieur ou à l’extérieur des villes.

PAR KHADIJA RHAZOUALI