L'activité humaine principale cause du réchauffement de la planète.

Dans les catastrophes naturelles, les inondations et tempêtes sont les ennemies numéro 1 de la planète. 

Face à ce réchauffement climatique, les villes commencent leur mutation et propose des projets ambitieux pour la planète.

 

Je vais montrer qu'il y a des solutions durables au problème qui concerne la ville et le réchauffement climatique. Les pays riches sont déjà investis dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Il y a donc des conséquences dû à se réchauffement mais des solutions sont envisageables et possibles.

De nos jours est-il possible de gérer à la fois l'augmentation de population dans les villes ainsi que les risques climatiques que cela engendre ?

La population augmente dans les mégalopoles et faut faire face aux risques climatiques, trouver des solutions pour arriver à gérer les 2 flux.

Je pense que que cela est possible d'après les exemples et explications que je vais présenter.

 

 

 

L'activité humaine est la principale responsable du réchauffement de la planète. En effet la consommation des énergies fossiles est la principale source de tout développement économique mais cette source et la cause des émissions de gaz à effet de serre. Le CO2 est donc le premier responsable car les gaz sont piégés dans l'atmosphère ce qui réchauffement la terre. Ainsi, L'augmentation de la température est directement liée à celle des émissions de gaz à effet de serre.

 

890 millions de personnes sur la planète habitent dans des zones à très haut risques. Conséquence, les inondations constituent le risque numéro 1 des catastrophes naturelles, en effet, plus de chaleur, c'est plus d'évaporation donc plus d'humidité dans l'air. D'où la formation de tempêtes qui est le deuxième plus gros risque de la planète.

Les zones à très hauts risques se situent notamment sur des côtes et on voit que, selon les endroits de la planète le niveau de risque et le type de risques, est différents. Par exemple à Mexico la ville devra gérer les inondations et glissements de terrain, la région de Los Angeles sera confrontée aux conséquences de la sécheresse et Tokyo confrontée au risque de Cyclones.

 

 

 

 

Paris, New-York, des villes qui s'adaptent

 

Face à se réchauffement climatique, la ville de Paris a réagi, et est la première ville acteur  dans la lutte des émissions de gaz à effet de serre. Il vont miser sur plus d'espace vert et de lacs artificiels. Pour permettre la réduction de l'îlot de chaleur, l'idée est de faire que la ville ne soit plus le premier producteur de gaz à effet de serre, mais le premier acteur à les combattre.

 

 

Sans titre dhpng

 

Ou encore à New-York qui se base sur le même système que Paris, c'est-à-dire, la création de nouveaux parcs et d'espaces verts... . Mais aussi, 1 million d'habitants supplémentaires sont prévus d'ici 2030. L'idée est de récupérer des bâtiments industriels abandonnés, afin de construire des logements aux normes écologiques.

New-York va aussi mettre en place en 2030, des îles flottantes. En effet, cette ville produit 14 million de tonnes de déchets par an et que cela coûte 300 millions de dollars,donc le projet propose un tri de ces déchets pour réaliser du compost qui servira à construire des îlots de verdure sur la mer. 125 Hectares d'espaces verts et des jardins potagers y verront le jour. Cela participera à réduire le cout du traitement des déchets et à absorber le dioxyde de carbone.

le boni

 

                       Masdar, ville du futur

 

Masdar, est l'un des exemples phare de solutions face au réchauffement climatique. C'est une ville qui est sorti de terre en 2008 et qui sera fini en 2020. Le projet est initié par l'Emirat d'Abour Dabi. Tout est pensé fonctionnel et écologique. Les bâtiments, les façades, les matériaux, tout est pensé pour réduire l'effet d'îlot de chaleur. (une circulation d'air qui rafraichi les bâtiments)

C'est une vitrine internationale pour les investisseurs qui viennent s'y installer.

C'est un modèle économique investi sur le développement durable et la haute technologie. Même si ce n'est pas un modèle qui peut être repris dans tous les pays, il va servir néanmoins de laboratoire de rechercher en urbanisation, matériaux de construction, recyclage des déchets et sur le développement durable.

 

 

 

Sans titre

 

Tout le monde est concerné et il faut agir ! Je vous ai présenté les différentes solutions que les villes mettent en œuvre pour éviter et se protéger des risques climatiques.

Ainsi je peux affirmer qu'il est possible de gérer  l'augmentation de population dans les villes ainsi que les risques climatiques que cela engendre.

On peut avoir un avenir positif pour la planète si on agit maintenant avec des solutions fiables durables.

 

 

Julie RENARD